Peau rouge, masques blancs
Contre la politique coloniale de reconnaissance

Livre numérique

Peau rouge, masques blancs
  • Éditeur québécois

Le paradigme hégélien de la reconnaissance, admirablement critiqué par Frantz Fanon dans l’œuvre phare à laquelle ce livre rend hommage, est aujourd’hui évoqué, sous sa forme libérale, dans les débats entourant l’autodétermination des peuples colonisés, notamment les peuples autochtones d’Amérique du Nord. Politologue et militant, membre de la Nation dénée du Nord-Ouest du Canada, l’auteur reprend ici la critique fanonienne et démontre en quoi cette reconnaissance ne fait que consolider la domination coloniale.

Cet ouvrage de théorie politique engagée appelle à rebâtir et redéployer les pratiques culturelles des peuples colonisés sur la base de l’autoreconnaissance, seule voie vers une réelle décolonisation. Penseur marxiste, Coulthard sait que le marxisme ne peut s’appliquer tel quel à la lutte des Autochtones, mais il en souligne la contribution potentielle et signe ici un véritable traité de combat décolonial et anticapitaliste.

Table des matières

Table des matières
PEAU ROUGE, MASQUES BLANCS 1
Avant-propos 9
Introduction 13
1. La politique de la reconnaissance en contexte colonial 53
La reconnaissance: de la dialectique du maître et de l’esclave chez Hegel à la «politique de la reconnaissance» de Charles Taylor 55
Frantz Fanon et le «sociodiagnostic» de la politique de la reconnaissance 62
L’autoreconnaissance et l’émancipation anticoloniale 81
La solution: tourner le dos au pouvoir colonial? 85
Conclusion 89
2. Pour le territoire: la lutte pour l’autodétermination de la Nation dénée 93
Un bref historique du Denendeh 95
«Pas notre façon de faire»: le développement colonial remis en cause 106
La Déclaration de la Nation dénée: comprendre le nationalisme autochtone 113
Les revendications territoriales et l’étatisation du nationalisme déné 118
Conclusion 132
3. L’essentialisme, les droits des femmes et l’autonomie gouvernementale 139
Le constructivisme social et la démocratie délibérative 141
Femmes autochtones, discrimination et autonomie gouvernementale: un historique 146
Le constructivisme social et le patriarcat colonial 159
Le constructivisme social,la domination coloniale et l’État 167
Conclusion 177
4. Voir rouge: réconciliation et ressentiment 181
S’apitoyer sur son sort: ressentiment et réconciliation 188
Le ressentiment du colonisé et la montée de la politique de la réconciliation au Canada 192
Gérer la crise: la réconciliation et la Commission royale sur les peuples autochtones 197
Le ressentiment, une vertu? L’échec de la réconciliation 205
Conclusion 215
5. Plonger dans le gouffre du passé 221
Du particulier à l’universel: Jean-Paul Sartre, la politique identitaire et la dialectique coloniale 224
Frantz Fanon, la négritude, l’autoreconnaissance et la décolonisation 233
Conclusion 248
Conclusion. Les leçons du mouvement Idle No More : l’avenir du militantisme autochtone 251
Remerciements 299
Notes et références 303
Table 361