Haute-Ville, Basse-Ville
  • Éditeur québécois

Oeuvre originellement publiée en 1998 sous le titre Un viol sans importance. Édition revue et corrigée par l’auteur. Par un beau soir de juillet, en plongeant dans la rivière Saint-Charles, un garçon découvre le corps d’une jeune femme. L’indignation populaire s’enfle au gré des informations et des indiscrétions: fille de charpentier, membre de la chorale de la paroisse Saint-Roch, désireuse de se faire religieuse, elle aurait subi les «derniers outrages» et des brutalités inouïes. Que fait la police? Rien, semble-t-il. Ou plutôt, murmure-t-on, elle s’efforcerait de soustraire les coupables à la justice. Quelques beaux garçons de la Haute-Ville ne sont guère inquiétés, pourtant des indices les relient au crime. Des noms circulent; des publications évoquent même les circonstances du drame. Et voilà que le policier enquêteur chargé de l’affaire disparaît pour toujours dans les entrailles de Saint-Michel-Archange, l’immense asile de Beauport. Se pourrait-il que la vertu et la vie d’une pauvre fille de la Basse-Ville pèsent, dans la balance de la justice, moins lourd que la quiétude des familles aisées de la Grande Allée et de leur progéniture? C’est compter sans la faculté d’indignation de Renaud Daigle, avocat récemment revenu à Québec et prêt à tout pour découvrir la vérité…